03/12/2012

les enfants cachés en Belgique - YVONNE NEVEJEAN

Le 6 mai 1996, la poste belge, dans le cadre de l’émission « Europa » ayant pour sujet les femmes célèbres, a émis un timbre rendant hommage à Madame Yvonne NEVEJEAN.

Yvonne NEVEJEAN est, dès le début de 1940, directrice de l’O.N.E. (œuvre nationale de l’enfance), organisme ayant pour fonction d’assurer un meilleur bien-être aux enfants et où elle travaille déjà depuis 1928 comme inspectrice.

De par sa fonction, elle est parvenue à éviter le contrôle de l’institution par l’occupant allemand et, par son action, à sauver environ 4.000 enfants juifs de l’extermination.

A la demande de membres du C.D.J. (comité de défense des juifs), organisation clandestine, elles sera l’un des rares membres effectifs non juif, au comité de direction de la commission des enfants. Elle y contribue à l’organisation et l’action de sauvetage de ces enfants.

Par son assistance efficace et le soutien financier qu’elle obtient de diverses sources, elle organise le placement des enfants dans diverses institutions (orphelinats, couvents, sanatoriums, etc…) ainsi que dans des foyers privés non juifs.

Il y a lieu de souligner que, malgré les risques encourus, l’entr’aide et le soutien d’une grande partie de la population belge non juive a été importante et déterminante pour cette action de sauvetage.

Complémentairement à ces sauvetages individuels, on relatera deux interventions de Madame NEVEJEAN pour la soustraction à la déportation d’importants groupes collectifs d’enfants.                                                                                                     

En Europe occupée, la Belgique présentait une particularité unique : l’autorité allemande, pour faire croire que la déportation de la population juive était seulement destinée à des camps de travail, ne déportait pas les enfants en dessous de 16 ans sans les parents.

A cet effet, elle autorise l’A.B.J. (association des juifs de Belgique) – organisation sous contrôle de l’occupant pouvant être comparée au Judenrat des pays de l’Est – à créer des homes pour l’hébergement de ces enfants. Ces homes étaient donc connus de la gestapo. Ils vécurent de manière administrativement régulière, mais aussi à sa merci.

En octobre 1942, la gestapo procède à la rafle de la soixantaine d’enfants du home de Weezembeek près de Bruxelles, pour les interner à la caserne de Malines, camp de rassemblement avant le départ pour Auschwitz par le convoi prévu pour le lendemain.

Yvonne NEVEJEAN, prévenue, alerte la Reine Elisabeth, dont l’intervention aida et permit leur libération, au dernier moment avant l’embarquement vers une mort certaine.

En août 1944, la gestapo décide d’achever la déportation des juifs de Belgique et prévoit leur envoi vers les camps pour la fin du même mois. Les quelques centaines d’enfants dans les homes, cibles faciles car sous contrôle de la gestapo, doivent faire partie de ce dernier convoi prévu pour quelques jours seulement avant la libération de Bruxelles.

Cette fois encore, Madame NEVEJEAN, prévenue, se démène corps et âme, use de ses relations pour trouver, en un temps compté vu l’urgence, des refuges pour abriter les enfants, qui furent tous soustraits aux griffes nazies.

Madame NEVEJEAN a bien entendu été honorée « Juste parmi les Nations » par le Yad Va Shem en Israël.

http://apfi.philatelie.free.fr

Commentaires

Bonjour,
savez-vous si certains des enfants sauvés ont été adoptés via l'Hôpital Saint Pierre à Ixelles?
Y a t'il des listes de noms consultables ? (lien entre parents et enfants adoptés?)

Christiane Hollande née le 29/09/1944 adoptée par Léa Larbalestrier et Jules (Théophile) Hollande - ancien combattant, pourrait-elle se procurer des renseignements dans des archives quelconques ?

Écrit par : Hollade Christiane | 04/08/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.