03/12/2012

Docteur Janusz Korczak et le ghetto de Varsovie

 

Les enfants ne deviennent pas des hommes, ils en sont déjà ...

Janusz Korczak. Varsovie. 1917

(JPEG)

Ecrivain, médecin, éducateur, Janusz Korczak est entré dans l’Histoire le jour de sa déportation au camp de Treblinka, accompagnant dans la mort les enfants du ghetto de Varsovie qu’il avait refusé d’abandonner.

Originaire de Varsovie, Janusz Korczak doit, dès l’âge de 12 ans, subvenir aux besoins de sa famille ruinée par l’internement psychiatrique de son père. Il devient précepteur et découvre son goût et ses capacités à communiquer avec les enfants.

En observant et en aidant les orphelins perdus dans la ville, il comprend l’ importance de l’ amour, du respect et de l’éducation dans la vie d’un enfant. Il élabore ainsi ses premières théories pédagogiques. De 1896 à 1907, il écrira plus de 600 articles dans des revues spécialisées.

Devenu auteur à succès et médecin, il abandonne une carrière prometteuse pour créer deux orphelinats pilotes, Dom Sierot en 1913, Nasz Dom en 1919. Il instaure dans ces établissements une véritable société démocratique, organisée selon des principes de justice, d’égalité en droits et en obligations : "La République des enfants".

Les causeries du Vieux Docteur, émission de radio familiale, La petite revue (ou Le petit journal) créée par les enfants, et ses nombreuses publications font de lui un homme connu de toute la Pologne. Il invente son héros emblématique Le roi Matdlias 1er qui devient son messager, son fils spirituel.

En 1928 paraît Le droit de l’enfant au respect, texte fondateur des principes reconnus en 1989 par la Convention des Nations-Unies des droits de l’enfant.

Le destin de Janusz Korczak s’inscrit également dans toute l’histoire tragique de la Pologne et de la Shoah. Victime dès 1936 de l’antisémitisme, la situation de Janusz Korczak et de ses enfants s’aggrave avec l’installation du pouvoir et des idées nazis. Ignorant la montée du danger, il refuse d’émigrer en Palestine et d’abandonner les orphelins dont il a la charge.

Dom Sierot est transféré dans le ghetto de Varsovie créé en octobre 1940. C’est une lutte quotidienne pour nourrir les 200 enfants, une vie qu’il relate dans son Journal du Ghetto retrouvé et publié après sa mort. Une nouvelle fois, il choisit de rester, contre l’avis de ses amis qui lui proposent la fuite. Le 5 août 1942, peu après le début de la liquidation du ghetto, il embarque avec les enfants pour les chambres à gaz de Treblinka.

Personnalité scientifique la plus en vue dans le domaine de l’enfance cn Pologne, Janusz Korcrak oeuvrait depuis le début du siècle à une refonte complète de l’éducation et du statut de l’enfant. Cinquante ans après sa mort, sa pensée, son histoire et sa pédagogie interpellent plus que jamais Ies pratiques et les regards des adultes sur les enfants.

http://memoire-net.org/article.php3?id_article=261

remarque :

Dans le film "la liste de Schindler" de Spielberg, l'histoire du Docteur Korczak s'y retrouve.  Mais dans le film, cette histoire est placée dans le ghetto de Cracovie.

On voit sur une scène, le docteur traverser le ghetto avec les orphelins, ils chantaient tous .... et cela s'est passé comme cela ...


Les commentaires sont fermés.