27/11/2012

Rencontre avec Yvan Klima

Yvan Klima, arrive à Terezin début décembre 1941. Il emmène avec lui un livre, « les enfants du Capitaine Grant » de Jules Verne. Chaque personne a pu apporter 50 kg de bagages, matelas compris.

Son père, arrivé 15 jours avant lui, est assigné à la surveillance du système électrique, sa mère est complètement effondrée. Ils seront logés dans la Caserne Dresden puis transférés à la Caserne de Magdebourg. Chaque jour sur la porte de la Caserne Magdebourg, on accroche la liste des personnes décédées mais aussi celle des convois qui quitteront Terezin un peu plus tard.

Il a la chance de pouvoir recevoir des cours d’adultes du ghetto, histoire, littérature, mathématique. Il écrit, il dessine…

Il aura la grande chance ne n’être jamais déporté et sera libéré par les russes

 

Questions posées à Yvan Klima :

Pourquoi n’avoir jamais été sur une liste : « Les listes étaient établies par le Judenrad, mais les SS avaient aussi une liste de personnes « non-déportables », nécessaire à la bonne organisation du camp. Son père avait donc un poste clef.. »

Autre question sur la passivité juive lors des visites de la Croix rouge :

« tout avait était décidé et orchestré par les SS et donc les représailles pouvaient être terribles pour la totalité de la population du ghetto »

La deuxième partie de la rencontre fut basée sur les séquelles psychologiques des enfants de la Shoah

Les commentaires sont fermés.